blog_gateau_broche

Jusqu'à il y peu de temps, je pensais bien naïvement que la rôtissoire était réservée aux poulets ou aux cochons de lait. A la rigueur aussi, à quelques pères évangélistes égarés au milieu d'un peuple cannibale. Et bien pas seulement ! Nous étions de passage cet été au pays Toy, jolie vallée des Hautes-Pyrénées, et nous avons découvert à Sia (proche de Luz Saint Sauveur) un gâteau cuit... à la broche !

Cette fabrique artisanale de gâteaux à la broche, réalisés "en direct live" devant nous par Francis, on ne peut pas la rater : grande banderole à flanc de colline, panneau au bas de la route, ours géant sur la baraque, explications alléchantes sur le mur... c'est un pro de la comm' ce gars là ! Ajoutez à cela un accueil chaleureux (aux deux sens du terme, car il fait au moins 50°C dans la petite pièce près du feu de cheminée !), et la possibilité fort agréable de déguster sur place le gâteau accompagné d'une bolée de cidre, ou de l'emporter (à un prix sans aucun doute proportionnel au sommet de l'échelle de curiosité des touristes !), et c'est une petite affaire qui roule. De plus, comme Francis nous laisse la possibilité de participer à la cuisson d'un gâteau (on bosse gratis à sa place, il a vraiment tout compris !), on sort forcément ravi de l'aventure !

Pour faire la pâte de ce fameux gâteau "façon Francis", rien de bien sorcier. Il faut les grands classiques beurre - farine - oeufs - sucre, auxquels on ajoute de la fleur d'oranger et un zeste d'orange, plus un micro-poil de sel, et de lacompote de fruits confits pour le parfum. Mais là où ça se corse, c'est qu'il faut ensuite badigeonner avec la pâte liquide, par couches successives, et attention uniquement à la cuillère, un mandrin conique qui tourne au dessus d'un feu de cheminée de bois de tilleul. Et ça prend du temps ! Pour les puristes soucieux du détail (ou tout simplement pour les gourmands !), tout est expliqué là :

http://www.luzsaintsauveur.com/recettes/recettes/gateaubro.php

Résultat de l'expérience : bien que le goût en lui-même de ce drôle de gâteau coniquo-pyramidal hérissé de pointes ne casse pas des briques (disons que ce n'est pas mauvais), le côté folklorique du procédé est vraiment très sympa. Les enfants adorent faire la tartouille de pâte sur le mandrin (et j'ai vu des adultes aussi s'éclater comme des gamins à le faire !)

Bonus : une scène avec gâteau à la broche dans la cheminée, reconstituée au château-musée de Lourdes.

_1600x1200__2009_08_07_Lourdes0004